contact@viveladetection.com

En plus d’arguments plus que discutables et facilement démontables, les anti-UDM utilisent des méthodes détestables depuis des années. Il est très important de montrer aux yeux du public, des politiques et des forces de l’ordre que ces gens ne sont pas crédibles et qu’ils ne devraient pas être pris au sérieux. Nous ne comprenons même pas comment avec de telles méthodes, certains ont pu obtenir un agrément pour se porter partie civil.

Voici quelques unes de leurs méthodes:

- Dénigrement de leurs confrères : http://www.viveladetection.com/comment-lhappah-traite-les-archeologues-collaborant/

- Coups montés grossiers: http://www.viveladetection.com/la-fameuse-fibule-en-or/

- Manipulations de pièces dans le but de faire condamner un prospecteur: http://www.viveladetection.com/la-verite-sur-le-suppose-pillage-de-malain/

- Vol d’image : http://www.viveladetection.com/lhappah-se-moque-du-droit-a-limage/

- Les menaces de mort: http://www.viveladetection.com/testimonial/laurent-lano/

- Infiltration des groupes Facebook et dénonciations de prospecteurs pour la plupart calomnieuses

- Pression pour interdire les rassemblements de prospecteurs : http://www.viveladetection.com/pourquoi-nos-detracteurs-detestent-ils-les-rallyes/

Les méthode détestables de l’Happah

Pour les anti-udm, la fin semble justifier les moyens quitte à utiliser des procédés honteux. Voici un petit condensé de leurs méthodes. L’Happah a commencé par infiltrer bon nombre de sites de prospection pour provoquer les utilisateurs de détecteurs de métaux. A l’époque 3 pseudo semaient la zizanie: Jaborde (qui n’est autre qu’un des membres fondateurs de l’association), Archaeos (un membre «d’honneur» – sic). Ayant été banni de ces sites, ils ont décidé d’aller inonder les sites de médias (papiers et TV, comme sur le forum de France 2) qui publiaient des articles ou documentaires sur la détection. Alors qu’il aurait fallu laisser ces énergumènes s’exciter dans leur coin, certains ont jugé utile de leur répondre. Le résultat: des pages et des pages de mauvaise foi qui nous discréditent et montrent à quel point il est impossible de dialoguer avec cette poignée d’enragés. L’un d’entre eux se fait par exemple appeler «archéologue en colère», mais en ont il vraiment le titre, vu qu’il s’agit de bénévoles. La plupart du temps ils n’ont aucun statut officiel et pas plus d’autorisation préfectorale que le prospecteur lambda. Pourtant ils nous haïssent et exècrent encore davantage ceux qui parmi eux voient en nous, non pas une menace mais plutôt une source potentielle de connaissance. Nous avons prouvé à mainte reprise que nos déclarations sont utiles. Dans de nombreux pays des collaborations fructueuses ont été menées entre prospecteurs et archéologues. Il suffit de se rendre sur leur forum pour se rendre compte que ce genre d’initiative les met hors d’eux. Ainsi ils n’hésitent pas à dénoncer ou dénigrer ceux qui osent se servir de prospecteurs pour faire avancer leurs travaux. Citons un exemple frappant.

En 2008, un archéologue, s’est inscrit sur un forum afin de passer un appel aux bénévoles pour un chantier de fouille en Corse, le tout sans détecteur de métaux ! Plusieurs prospecteurs ont répondu présent même en sachant qu’ils ne pourraient pas utiliser leur machine. Au même moment, le tristement célèbre «archéologue en colère» a déclaré que cet archéologue était «Filipu Antolini et que [...] en 1998 il avait été mis en détention pour association de malfaiteurs et que ce n’était pas un tendre». Que penser de cela ? sommes nous retournés aux tristes heures de la rue Lauriston ? Derrière ces affirmations honteuses l’amalgame apparaît clairement. Ceux qui ont des liens avec les prospecteurs sont des gangsters. Et si ces allégations sont véridiques, qu’est ce que cela à avoir avec le fait que cet archéologue recrute des bénévoles parmi les prospecteurs qui sont généralement férus d’archéologie. Il n’y a qu’à se rendre sur Facebook pour voir qu’il écrivent clairement « Chaque citoyen français se doit de lutter contre le pillage des sites archéologiques en dénonçant les délinquants auprès des autorités!!!». On comprendra aisément que des gens comme Mr Keffi et le guetteur du reportage TV se sentent investis d’une mission divine de lutte contre les suppôts de Satan que sont les utilisateurs de détecteurs de métaux. Pour les faire enrager un peu plus, nous aborderons bientôt dans le magazine l’essor d’un site crée par des archéologues et qui référence des milliers d’objets exhumés. Cette base de donnée participative est enrichis par de nombreux prospecteurs à la manière des sites anglais. Le meilleur moyen de lutter contre l’ignorance dont font preuve les anti-udm est de mettre en avant ces projets et de continuer à défendre l’éthique de la détection de loisir comme nous le faisons dans ces pages depuis 2006: http://www.viveladetection.com/comment-lhappah-traite-les-archeologues-collaborant/