contact@viveladetection.com

On répond à vos questions sur la loi et la promotion de la détection de loisir

Posted On 25 Oct 2022
Comment: Off

loi2022-ban

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… » AUNG SAN SUU KYI, prix Nobel de la paix en 1991

La grande mode depuis quelques mois est de faire peur aux prospecteurs en clamant que la détection de métaux est interdite, que les gendarmes vont arrêter tous les prospecteurs qu’ils croisent dans les champs, que le seul de moyen de la sauver est de prendre sa cotisation à une fédération…Le but de ce court article est de répondre à quelques questions qui nous ont été posées ou aperçues sur les réseaux sociaux et surtout de vous présenter les faits avec des documents afin de vous aider à y voir plus clair pour que vous soyez ne mesure de juger par vous même. Tout en bas de la page, retrouvez la vidéo de cet article et les réponses à vos questions.

La détection de métaux de loisir est elle interdite ?

CERTAINEMENT PAS ! La détection de loisir est libre depuis la loi 89 comme on l’explique iciCette loi a été reprise mot pour mot dans le code du patrimoine en vigueur article 542.1 comme vous pouvez le voir ici. Les textes encadrant notre loisir n’ont donc jamais changé depuis 1989. Clamer que la loi de 89 a été abrogée (ce qui est techniquement vrai ) sans préciser qu’elle est reprise dans son intégralité dans le code du patrimoine est clairement malhonnête et à pour but d’effrayer les prospecteurs pour se positionner en tant que seul recours et encaisser des cotisations . Nos élus font et défont des lois, les complètent à mesure des années, c’est la vie normale d’une démocratie.

Qui veut la peau des utilisateurs de détecteurs de métaux

Il s’agit de hauts fonctionnaires rattachés au ministère de la culture mais aucunement d’élus. « Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. » Voilà ce qu’écrivait SunTzu en 1078 dans l’Art de la Guerre. Pour gagner une bataille il faut se connaitre et connaitre son ennemi. Voilà pourquoi nous avons rédigé cet article sur les anti-détection il y a 7 ans. Nous avons également expliqué en détail leur motivation dans cet autre article. Notre ennemi est donc clairement identifié. Il s’agit d’une poignée d’archéologues, de hauts fonctionnaires principalement du ministère de la culture détachées dans des DRAC ou SRA; c’est un adversaire redoutable puisqu’il a à sa disposition toutes les ressources de l’état. Point positif: aucun élu ne soutient nos détracteurs ou n’affiche une position anti-détection. La raison est simple: nous représentons 250.000 personnes aujourd’hui, avec familles, voisins et amis cela représente presque 1 million d’électeurs potentiels essentiellement en zone rurale ou périurbaine…c’est à dire un électorat à conquérir !

Pourquoi les gendarmes ou policiers contrôlent certains prospecteurs qu’ils rencontrent ?

Déjà pour vérifier qu’on détecte avec l’accord du propriétaire mais également car les forces de l’ordre ont été trompées. La chasse aux sorcières existe depuis 10 ans et la création de l’Happah. Nos détracteurs se sont alors organisés, ont rédigé et partagé leurs premières études contre le pillage qu’ils identifient systématiquement comme corolaire à la popularité grandissante de notre loisir. En 2012, au même moment, le Ministère de la Culture a édité un tract mensonger qui a fait beaucoup de mal car envoyé à toutes les gendarmeries; ce tract a depuis été modifié comme on l’explique ici (nous avons été les seuls à le dénoncer !). Certaines préfectures continuent toutefois de véhiculer une vision déformée de la loi en faisant croire que toute utilisation d’un détecteur de métaux requiert une autorisation préfectorale; ce qui est faux. Depuis quelques années ils animent des colloques qui n’intéressent qu’eux même (comme en atteste les statistiques de vue du colloque archeo ethique). Hélas des préfets et représentants des forces de l’ordre sont parfois présents à leur colloques, mais là encore jamais d’élus. Voilà pourquoi il valait mieux éviter de défier frontalement l’états (et donc les prefets) avec des procédures inutile sous peine de voir la machine étatique nous harceler de manière systématique…

Qu’est ce que je risque si je me fais arrêter dans un champ ?

Si vous avez l’autorisation du propriétaire avec motif légal, ABSOLUMENT RIEN ! (modèle disponible ici gratuitement) Aujourd’hui un prospecteur risque des ennuis si et seulement si il détecte sans autorisation du propriétaire avec motif légal. S’il possède cette autorisation mais publie en vidéo des trouvailles qu’il n’a pas déclaré (d’avant 1875 ou afférentes aux 2 conflits mondiaux) là aussi il peut potentiellement avoir des ennuis. Voilà pourquoi nous avons rédigé ce guide de la déclaration; nous vous invitons à le lire en entier et à déclarer avec discernement. Nous vous invitons également à publizr vos trouvailles d’avant 1875 de manière anonyme sur les groupes Facebook.

Les gendarmes vont il arrêter tous les prospecteurs qu’ils croisent dans les champs ?

NON ! Il est toutefois probable dans lesmois prochains d’assister à davantage de contrôle afin de vérifier qu’un prospecteur a bien l’autorisation du propriétaire. Dans le cadre de la chasse aux sorcières qui a débuté il y a quelques années (avec le cas du tristement célèbre “Marco” qui se filmait sur un site archéologique puis le cas de TAP pour lequel on ne sait toujours pas pourquoi il passe au tribunal), certains prospecteurs sont ennuyés pour des motifs futiles c’est vrai. Il s’agit toutefois d’une minorité. Il leur est proposé un rappel à la loi ou de payer une amende afin d’éviter le procès car généralement l’accusation est vide. En cas de procès les chances de gagner d’un prospecteur qui respecte le cadre légal sont bonnes puisque les élus interrogés à l’assemblée depuis 20 ans ont tous rappelé que seul la détection d’objets pouvant intéresser l’art l’archéologie ou l’histoire est soumise à autorisation préfectorale. Toutefois Mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès écrivait Balzac…un procès coute de 2000 à 10000eur de frais d’avocat, une amende c’est quelques centaines d’eur; dans ce cas le choix est vite fait même si moralement c’est dur d’accepter d’être condamné alors qu’on pense ne faire rien de mal. Rassurez vous, il s’agit de cas très rares et nous sommes en contact avec certains d’entres eux.

Qu’est ce qu’il y a dans cette convention avec la gendarmerie de 2022 ?

Pas grand chose de nouveau en réalité; elle n’évoque pas la détection de loisir mais le pillage et traffic de biens culturels. Depuis des années les référents du ministère de la culture ont noué des partenariats avec les forces de l’ordre pour la lutte contre le pillage archéologique et le traffic de biens culturels ; il existe plusieurs gendarmes-archéologues comme nous l’expliquons dans cet article et c’est tout à fait normal. Nous vous invitons d’ailleurs à lire cet article dédié à ce sujet. Xavier Delestre, conservateur régional de l’archéologie en région PACA et chef de file des “anti-détection de loisir” a rédigé ses premiers articles en 2012, l’Happah s’est crée à peu près à ce moment là. On apprend dans cet article de 2021 en page 131 que les partenariats gendarmerie-SRA existent depuis depuis 2015. Le bilan est assez maigre puisque sur 120 plaintes, 60 sont instruites et seulement 30 donnent lieu à des jugements et ce en 6 ans, ce qui fait 5 condamnations par an ce qui est très peu ce qui confirme la rareté des cas évoqués plus haut… Il s’agit là de surcroit de pillage archéologique et non de détection de loisirUn prospecteur qui respecte les règles que nous avons décrites ici , règles qui n’ont pas changé, ne risque rien de bien méchant s’il est au fait des lois et connait les arguments pour se défendre (c’est pour cela que nous avons crée Viveladetection également).

Qui peut me défendre si j’ai des ennuis ?

UN AVOCAT MAIS CERTAINEMENT PAS CELUI DE LA FEDERATION ! La fédération actuelle qui ne compte que 1700 membres a clairement indiqué dans sa dernière video qu’elle n’était pas là pour défendre les prospecteurs. C’est assez dommage car elle avait largement les moyens financiers de prendre en charge les frais d’avocats d’1 ou 2 prospecteurs injustement accusés, de gagner ces procédures et pour se servir ensuite de ces victoires pour aider les autres qui sont ennuyés. Ceci aurait permis de montrer également qu’il s’agit d’une stratégie de harcèlement centralisée, orchestrée et clairement voulue de la part de nos détracteurs. A viveladetection on vous donne les moyens de vous défendre, on vous conseille gratuitement depuis plusieurs années; ceci ne remplace aucunement le recours à un avocat dont les frais peuvent vous êtes remboursés si vous remplacez les conditions de l’aide juridictionnelle. Ce site regorge d’articles détaillés (qu’il faut prendre le temps de lire même s’ils sont parfois techniques !) qui vous donnent gratuitement toutes les marches à suivre ainsi que les documents qui vous permettront de vous défendre le cas échéant; mais encore une fois, on parle là d’une poignée de cas par an.

A quoi sert donc cette fédération et pourquoi lui verser de l’argent ?

LA CARTE FFDM N’ACCORDE EN RIEN UN DROIT DE DETECTER. Elle sert simplement à financer d’inutiles actions en justiceLa fédération n’a qu’un but: faire changer la loi et non de défendre ses membres (contrairement à un syndicat dont la défense de ses membres est l’unique but). Elle a été créée par 3 personnes; un an après sa création 2 des fondateurs sont partis. Il ne reste qu’un homme qui agit seul, sans concertation et qui applique la stratégie que lui seul a décidé. Il se sert des cotisations pour embaucher un cabinet d’avocat en droit administratif. Les dizaines de milliers d’eur de cotisations engrangées servent donc à cela. Le problème est que cette fédération se trompe d’adversaire et emploie les mauvaises méthodes. C’est toute sa stratégie qui est à revoir. Elle nous emmène tous dans le mur car ses échecs sont repris par nos détracteurs et nous décrédibilisent. Je vais maintenant vous expliquer pourquoi la FFDM a tort.

Quelle est la stratégie de la fédération et pourquoi est elle mauvaise ?

- Attaquer tous les arrêtés préfectoraux anti-détection: ERREUR & DEMI-ECHEC

En 2020 la fédération a attaqué plusieurs arrêtés préfectoraux dans la somme, dans la  Meurthe et Moselle et dans la Meuse. Malgré l’interdiction dans ces départements, je n’ai connaissance en 15 ans d’aucun prospecteur ayant eu des ennuis pour avoir passé son détecteur dans ces derniers. Il y avait surement donc mieux à faire que d’exciter plusieurs préfets. Les actions de la FFDM ne sont pas des attaques en justice devant le tribunal administratif. Une telle procédure requiert à minima 2 ans, voir 3 ou 4 en cas d’appel. Il s’agit  de courriers AR envoyés aux préfets. Ces derniers ont certes abrogé les arrêtés mais seulement pour en prendre de plus ennuyeux quelques jours après ! Certes les prospecteurs peuvent désormais détecter mais uniquement sur les terrains clos (légalement il va être difficile de faire sauter cette clause, alors que lever une interdiction générale sur tout un territoire aurait été simple à condition de le faire devant un tribunal administratif). Sensibilisés aux supposés méfaits de ma détection de loisir par nos détracteurs (les DRAC et SRA sont les référents des préfets en matière de culture et donc juge et partie), les préfets communiquent entre eux puisque les nouveaux arrêtés qui ont été repris après le courriers de la FFDM sont les mêmes en Meuse et dans la Somme. Cette action inutile a donc fédéré de nouveaux adversaires contre nous: les préfets. La fédération a agi trop vite, pour faire un coup de communication et engranger des membres. C’est donc une erreur de stratégie et un demi-echec.

- Attaquer la circulaire DGFOCUS de 2017: ERREUR & ECHEC. 

La fédération a chargé ses avocats d’attaquer la fameuse circulaire DGFOCUS devant le conseil d’état: quelle erreur ! Comme je l’expliquais ici en 2016, cette circulaire avait ouvert des perspectives car elle couchait enfin sur le papier ce qui est archéologique et ne l’est pas, ce qui doit être déclaré ou pas (les biens d’avant 1875 et ceux des 2 conflits mondiaux). De plus il s’agit d’une circulaire à vocation organisationnelle entre les différents ministères et services étatiques qui identifie qui sont les référents en matière de lutte contre le trafic de bien culturels pour un préfet et qui précise les stratégies à adopter pour un magistrat dans le cadre d’une procédure. Ce genre de circulaire est tout à fait normal et existe dans bien d’autres domaines  (lutte contre le trafic de drogue…). Enfin, il s’agit d’une circulaire pour lutter contre le pillage archéologique et le trafic de bien culturel, non contre la détection de métaux ! Il est vrai qu’il faut demeurer vigilant compte tenu de la propension de nos détracteurs à assimiler les deux, mais là encore il n’y pas péril immédiat en la demeure. Le 2/11/2022, le Conseil d’état donne tort assez sèchement à la FFDM d’une manière attendue et en reprenant un argumentaire que j’ai développé dans mes vidéos: pourquoi attaquer une circulaire organisationnelle qui  n’a pas vocation réglementaire ! Encore un echec qui nous fait tous passer pour des amateurs.

qpc

- Empêcher la publication de trouvailles par les passionnés: ERREUR

Le président n’a de cesse de reprocher les publications de trouvailles sur les réseaux sociaux. C’est une vieille obsession de la Fnudem dont il faisait partie. Sans partage de trouvailles, le loisir susciterait moins de vocations…toutefois il est vrai que beaucoup trop de belles choses étaient publiées sans discernement il y a quelques années. C’est pourquoi nous avons été les premiers dès 2017 à inviter les prospecteurs à publier de manière modérée leurs trouvailles avec la charte Detexpert, ce qui a été fait. Il est maintenant très rare de voir de magnifique trouvailles antiques sur les groupes. Les “lots de détection” en vente sur EBAY et LEBONCOIN ont beaucoup plus rares qu’avant, le peu de prospecteurs tentant de faire vil commerce de leurs découvertes ayant compris que cela leur attirerait des ennuis. Ce trafic dénoncé par nos détracteurs a donc mécaniquement diminué. Notre communauté a pris conscience du danger suite à nos appels en vidéos et articles parus dans le magazine le Fouilleur. Nous continuons toutefois à publier de belles trouvailles, car LeFouilleur et la nouvelle société d’édition sont protégées par la liberté de la presse, et rien n’interdit la publication de tels objets et découvertes. Parce que le partage de découvertes fait rêver et suscite des vocations, nous refusons d’arrêter ce genre de publications, sans quoi nous verrions nos effectifs diminuer; nous n’avons jamais cédé à la pression pour arrêter nos publications de découvertes et nous ne cèderons jamais :-) Une nouvelle fois, nous vous invitons à consulter ce guide de la déclaration; Si vous exhibez une découverte d’avant 1875 sur internet (d’ailleurs trouvée avec ou sans détecteur !) et qu’elle n’a pas été déclarée vous vous exposez à une petite visite chez vous; tout ce qui d’après 1875 aucun soucis: partagez donc vos trouvailles avec discernement. Vous pouvez les faire parvenir en message privé au magazine le Fouilleur qui se charger de les identifier et de les publier anonymement comme il le fait depuis 15 ans.

- Faire changer la loi: ERREUR & ECHEC

Son président l’indique clairement: son seul but est de faire changer la loi. Mais cette loi a t’elle besoin d’etre changée puisque depuis 1989 nous avons la paix ? Charles Pasqua disait qu’avant de créer de nouvelles lois il fallait déjà appliquer celles qui existent déjà. La loi de 89 reprise dans le code du patrimoine a clairement défini un espace de liberté pour la détection de loisir. Aujourd’hui nos détracteurs tentent de le limiter. Ce sont ces manœuvres visant à détourner l’esprit de la loi qu’il faut combattre et non la loi en elle même ! La FFDM se trompe donc encore de stratégie en militant pour un changement de loi selon un modèle pas si avantageux que cela.

Pourquoi les deux lois à l’étude ne sont elles pas aussi positives qu’elles en ont l’air ?

Alors que depuis la fin des années 90, professionnels, associations et amateurs de détection s’accordent sur le fait que le meilleur modèle est le Treasure Act Anglais, notre fédération prétend nous imposer le modèle Flamand. Nous avons été les premiers à évoquer ce modèle flamand en 2016 soit 4 ans avant la création de ceux qui prétendent nous imposer ce modèle ! Bien que positif, ce modèle est en train de devenir plus contraignant et tend à se rapprocher du modèle Wallon qui contraint les prospecteurs à indiquer plusieurs jours à l’avance là ou il va détecter et à déclarer ses trouvailles. Le soucis est que de plus en plus de champs ou des choses ont été trouvées sont interdits à la détection  Notre omnipotent président, sans aucune consultation, a contacté des sénateurs pour imposer ce modèle flamand. Il a fait de même avec les députés si bien que ce n’est pas une mais deux lois qui sont à l’étude et vont donc se “télescoper”. Cet amateurisme dans la démarche décrédibilise toute notre communauté. Mais il y a plus grave:

La proposition de loi présentée au Sénat tente d’imposer le modèle flamand qui pour les raisons invoquées ci-dessus est loin d’être le meilleur et pourrait rapidement amener à voir une grande partie du territoire fermé à la détection.

La loi à l’étude à l’assemblée visible ici, elle est plus courte mais encore plus pernicieuse. Elle précise simplement que la détection de métaux est autorisée partout sauf sur les sites archéologiques…Cela parait séduisant à première vue me rétorquerez vous, mais cela ne l’est pas. En effet, qui décide aujourd’hui du caractère historique/archéologique d’un terrain, quel organisme est le référent unique des préfectures en matière de biens culturels/archéologie: ce sont les DRAC et SRA, ces mêmes instances qui rêvent de faire interdire notre loisir. Si une telle loi venait à passer, les DRAC nous laisseraient quelques milliers d’ha par département (les terrains avec diagnostic archéologique négatif), c’est à dire une miette du territoire à détecter. Et qui pourra leur retirer cette compétence d’expert: personne ! Nous avons décidé d’attaquer dès 2019 l’arrêté préfectorale contre le Rallye Detectland IV (ce qui a couté 20.000eur à la Boutique du Fouilleur) car cet arrêté ne menaçait pas que l’existence des rallyes mais la pratique même de notre loisir. A cette occasion, nous avons été stupéfaits de découvrir que nous avions été les seuls à initier une procédure contre l’état devant le tribunal administratif (contrairement à ce qu’affirmait la FFDM !). Pourquoi attaquer cet arrêté prefectoral pris dans 3 départements simultanément : car il prétendait que les 3 départements du 91/45/77 étaient dans leur intégralité des sites archéologiques et donc des zones à ne pas détecter. Ces faits ne font que confirmer la volonté des SRA d’assimiler tout le territoire à un vaste site archéologique. C’est cette notion d’emprise archéologique du territoire qu’il faut combattre, et cela ne peut se faire que par une décision de justice qui fera jurisprudence (généralement à partir de la Cour d’Appel, donc procédure longue). Pas plus tard qu’en septembre 2022, dans le cadre de l’organisation du rallye Detectland VIP, la DRAC de région Centre confirmait sa volonté de ne laisser aux détectoristes que les terrains à diagnostic archéologique négatif, c’est à dire quelques miettes par département !

Avant de proposer une loi, il faut envisager toutes ces implications. Notre fédération ne consulte qu’elle même et passe donc à coté de tout cela; son président est il ne serait-ce qu’en mesure d’avoir le bagage, l’expérience ou le degré de conscience pour comprendre ces implications ? La FFDM nous amène donc dans une direction qui n’est clairement pas la bonne.

Pourquoi la FFDM se trompe de méthode ?

En plus de la stratégie, la fédération commet de graves erreurs sur la forme !

En écrivant qu’elle est la seule capable de sauver la détection, la fédération commet la même erreur que nos détracteurs qui s’arrogent le monopole de la sauvegarde du patrimoine. Il convient de rappeler que le combat pour la reconnaissance de notre loisir a débuté il y a 40ans, par un article paru en 1978 exigeant la mise en place un véritable statut pour le détectoriste. Associations locales, prospecteurs,  beaucoup plus rarement des professionnels (à part le fouilleur qui d’autre ?), tous se sont investis notamment en contactant journalistes et élus. notre combat a donc commencé bien avant la création de cette fédération ou que je ne mette la main sur mon premier détecteur de métaux ! N’acceptons pas qu’une seule association, qu’une seule personne ne s’arroge un quelconque monopole de la défense du loisir et surtout d’hypothétiques résultats, de la même manière que nous n’acceptons que les professionnels de l’archéologie soient les seuls en droit d’exhumer en dehors de tout contexte et en surface de simples double tournois. La défense et la mise en valeur du patrimoine sont l’affaire de tous; c’est ce que précise d’ailleurs la convention de la Valette.

J’ai rencontré de nombreux politiciens, les derniers début 2019 à Paris dans un restaurant à coté de l’Assemblée. Ils ont demandé à ce que notre communauté s’organise, s’éloigne de tout ce qui est commercial et surtout qu’elle ne fasse pas parler d’elle avant de pouvoir défendre notre cause notamment par des actions en justice. Une fois cela en place, un lobbyiste prendrait le relai avec des élus de tout bord qu’il avait déjà consulté sur le sujet et qui nous soutiendraient. J’ai appelé le président de la fédération que nous avions contribué à mettre en avant en l’invitant à notre Rallye Detectland IV pour lui faire part de la stratégie qui nous était proposée…. La fédération a fait tout le contraire en s’en prenant aux arrêtés préfectoraux en Meurthe et Moselle et dans la Somme et en braquant le regard de l’état sur nous ; en s’associant à des boutiques pour diffuser sa propagande et surtout en divisant encore davantage notre communauté qu’elle ne l’était. Elle n’est parvenue qu’à fédérer au maximum 2500 prospecteurs soit 1% de l’effectif, soit trop peu pour être un interlocuteur légitime mais également fiable. Quand un député et un lobbyiste dont c’est lé métier suggèrent une stratégie, la moindre des choses est de les écouter.

Pourquoi ne voit-on que son président s’exprimer en vidéo?

Tout d’abord, dans aucun secteur il ne peut être toléré qu’une seule personne parle au nom de tous sans avoir obtenu une certaine légitimité. La détection de métaux est pratiquée par 250.000 personnes, son association n’en compte que 1713 soit 0.68% des prospecteurs ! Ce n’est pas avec 1700 membres que notre fédération va peser dans le débat, mais comme elle est la seule jusque là à s’être manifesté récemment, elle s’arroge le droit de parler en notre nom à tous pour imposer un mauvais modèle. Elle indique que les chiffres fournis par les magasins sont faux (comment cette fédération peut -elle mieux savoir que les magasins et distributeurs qui sont les seuls à connaitre ces chiffres) et estime le nombre de prospecteurs à 120.000 alors que c’est le double ! Il était déjà de 50.000 comme indiqué dans un article de 1978

mag1978

La Boutique du Fouilleur possède à elle seule plus de 100.000clients depuis 2006 et son principal concurrent en a au moins tout autant ! Notre loisir est un ecosystème complexe, vouloir le limiter aux seuls pratiquants est une erreur; c’est se fermer beaucoup de portes. Quid des magasins, distributeurs et fabricants ? Eux parlent aux 250.000 prospecteurs grâce à leur fichier client, la FFDM ne parle qu’au nom de 1700 personnes ! Quel que soit le domaine d’activité, même les gens sans diplôme, sans compétence particulière ou sans motivation peuvent s’en sortir à condition d’écouter et de s’enrichir de l’expérience des autres. Hélas, le président de cette fédération n’écoute rien. Il ne rend de comptes à personne hormis au peu de membres de son association et c’est inacceptable compte tenu des erreurs de stratégie et de méthodes décrites tout au long de cet article.

La communication de la FFDM ne relève t’elle pas un peu de l’amateurisme ?

La communication est peut-être l’aspect le plus important aujourd’hui, surtout à l’époque des réseaux sociaux et surtout quand on prétend être la dernière chance de sauver un loisir. Volontairement diviser par deux le nombre de pratiquants n’est pas une erreur mais une faute… Quand j’ai contacté la fédération pour la mettre en garde du télescopage de loi Senat et Assemblée, son président m’a répondu qu’il ne pensait pas que son courrier déclencherait une proposition de loi à l’assemblée en plus du sénat. N’est ce pas la un apprenti sorcier qui joue avec notre loisir à tous ? A un certain niveau, surtout quand on a comme adversaire l’état, il faut adopter une démarche professionnelle mais surtout faire appel à des gens dont c’est lé métier: chargés de communication, lobbyistes et pas simplement des avocats. C’est ce que font les chasseurs par exemple, et cela fonctionne.

Malgré des détecteurs offerts à ceux qui assistaient à son AG (du jamais vu !), son président n’est même pas parvenu à réunir assez de membres pour atteindre le quorum afin que se tienne son AG en 2021 ce que n’a pas manqué de soulever nos détracteurs. Cet amateurisme dans la manière de communiquer et sur l’organisation même de la FFDM est préjudiciable et ne manque pas d’amuser nos détracteurs comme l’Happah jamais avare d’un bon mot ou d’une bonne “punchline”:

hap-ffdm

A un autre moment son président écrit qu’on achète pas un détecteur à 1000eur pour dépolluer ou faire un rallye…Tous ceux qui possèdent un DEUS, un EQUINOX sont donc des pilleurs en puissance puisqu’ils ne pratiquent pas la détection de loisir selon les critères de ce monsieur (qui possède lui même un détecteur haut de gamme à plus de 1000eur). Cette maladroite citation assez révélatrice a bien évidement été reprise par l’Happah une fois de plus, c’est d’ailleurs sa revendication depuis des années: “on n’achète pas un détecteur pour dépolluer mais pour piller“. Il explique également que les rallyes au même titre que la dépollution sont autorisés, pourtant il a toujours refusé de soutenir la seule action en justice menée jusque là, à savoir celle de La Boutique du Fouilleur devant le tribunal administratif du Loiret pour Detectland IV. Cela tombe bien je n’ai pas besoin de la FFDM pour ce combat ! Si les rallyes n’étaient pas en danger comme il l’affirme, alors pourquoi beaucoup font il l’objet d’arrêtés préfectoraux systématiques ? Ce président n’en est pas à une contradiction près.

interdit1

Très peu de médias ont partagé le combat de la FFDM. Pourtant ils sont friands de tout ce qui atteste à la détection de métaux de loisir d’habitude…Je ne compte plus les dizaines d’articles dans lesquels j’ai été interviewé, les émissions TV. Dès 2007 je militais déjà pour un dialogue avec les archeologues dans cette video. Il est clair que quand le trésorier de la FFDM assimile les journalistes à des journaleux dans un français plus qu’approximatif cela n’aide pas…Sommes nous aussi mauvais que l’Happah qui en est venu à menacer des journalistes qui en ont rendu compte dans cet article ? Nos détracteurs nous stigmatisent comme des beaufs ignares habillés en camouflage; l’un d’entre eux confiait récemment que “nous ne sommes pas lumières”. Ce n’est pas avec de tels commentaires et une communication aussi professionnelle que celle du club journaliste du collège de Bar le Duc que nous allons redorer notre blason ! Il faut savoir séduire son interlocuteur; et au jeu de la séduction certains semblent rencontrer les pires difficultés.

journaleux

Enfin pour terminer sur le sujet de la communication, la défense du loisir est un sujet pointu qui requiert expérience et expertise. Depuis des années, je vous informe via Viveladetection de ce qui se passe en France et ailleurs en matière de lois. Ces articles et dossiers sont parfois pointus et longs, car ils traitent d’un sujet complexe; ils ne peuvent pas faire l’objet de textes de quelques lignes seulement. La FFDM, elle, se contente de communiqués Facebook avec une émoticon par ligne qui cachent bien souvent une réalité bien plus complexe et une absence de volonté de débat (montrant ainsi que c’est ainsi et pas autrement !). Je ne cautionne pas cette infantilisation des utilisateurs de détecteurs de métaux synonyme d’appauvrissement intellectuel. Simplifier un discours ce n’est pas forcément faire simple comme l’écrivait Arthur Cravan, neveu d’Oscar Wilde.

La fédération est elle affiliée à un commerce ou une marque ?

Notre communauté est fortement divisée depuis de nombreuses années, avec des rivalités entre fabricants qui polluent tout le loisir. Les Pro marque X, contre les Pro marque Y, les magasins inféodés à des fabricants qui subventionnent des influenceurs pour leur promotion: tout cela est malsain et ne contribue pas à l’unité. J’ai invité la FFDM au rallye Detectland IV pour la faire connaitre juste avant qu’elle ne dépose ses statuts; j’ai apprécié que ses 3 fondateurs refusent d’être assimilés à un magasin ou une marque plutôt qu’à un autre. Son président m’a d’ailleurs demandé de ne pas trop relayé ses messages afin de ne pas qu’il soit assimilé à un commerce. Sans nous pour lui donner un minimum de visibilité, il n’aurait pas obtenu rapidement ses 1000 membres; m’ais j’ai tout de même accepté de ne plus parler d’eux. Je croyais avoir peut être enfin trouver les personnes à qui sous traiter en quelque sorte la défense du loisir qui me prend tant de temps et d’argent depuis 15 ans. Hélas, mes attentes furent vites déçues.

Quand cette fédération a émis le choix de se rapprocher de certains magasins et pas d’autres, j’ai compris rapidement qu’il y avait un problème. Je lui ai rappelé son engagement et ses statuts à plusieurs reprises (il indique rester neutre commercialement). Sans succès. Cette fédération se défend d’être inféodée à un magasin ou un fabricant. Pourtant elle dénigre ceux qui ne la soutiennent pas (assimilés à des menteurs ou des petits boutiquiers), laisse appeler à leur boycott, monte les prospecteurs les uns contre les autres. Un comble pour une association dont le slogan était de s’unir pour réussir. Enfin, il est étrange de constater que la FFDM ne choisit pour illustrer sa page que des photos de détecteurs du même fabricant (en rouge ci-dessous) dont son sponsor est le distributeur exclusif pour la France…Peut être est un hasard ?

mur-ffdm

Quelle est la motivation de la FFDM ?

Se pose enfin la question de la motivation de son président: réelle défense du loisir, passe-temps, commerce, gloire personnelle, soif de pouvoir ou autre chose, je n’en sais rien même si j’ai mon opinion que je n’ai pas manqué de lui exprimer à de nombreuses reprises par écrit. Le projet de la FFDM est clair comme on le révèle ici . Son président l’a lui même écrit: seuls les membres de la fédération pourront obtenir leur agrément pour détecter: cette fédération reprend le vieux rêve de MONOPOLE défendu par la Fnudem que nous avons combattu pendant tant d’années et qui aujourd’hui a heureusement presque complètement disparu. On comprend alors pourquoi certains professionnels de la détection ont intérêt à soutenir cette fédération. Là encore, si ce n’est pas une quête de pouvoir, cela y ressemble fortement.

Pourquoi si peu de membres à cette fédération ?

Les divergences tant sur le fond que sur la forme sont trop importantes pour que cette fédération fasse consensus et pour que nous la soutenions.

Toutes les tentatives de fédération ou associations nationales depuis 20 ans ont échoué: Fnudem, Fidel, AFP, Andl et aujourd’hui FFDM. Car oui c’est un échec pour la simple raison qu’elle n’a attiré qu’entre 0.7% et 1% des utilisateurs de détecteurs de métaux et ce malgré le soutien à un moment de tous les professionnels (y compris le Fouilleur à sa création puis les autres magasins ensuite… une fois que le Fouilleur ne soutenait plus la FFDM….). Elle a vu son total de membres dégringoler de 2497 membres en 2021 à 1713 en 2022 soit 32% de perte d’effectif comme en atteste la capture d’écran ci-dessous réalisée en octobre 2022; vérifiez vous même cela en cliquant sur ce lien. La FFDM a mis cette perte d’effectif sur le dos de “boutiquiers” qui refusent de la soutenir: c’est tellement pratique de se défausser de ses propres échecs ! Quelques semaines plus tard, au moment de lancer sa campagne d’adhésion pour 2023, cette fédération met de coté la stratégie du bouc-émissaire et opte pour celle de la dissimulation. Elle a modifié cette image située sur sa page d’accueil pour ne plus apparaitre que le nombre d’adhérents 2022 et tenter de cacher cette perte d’effectifs. Pourquoi ce manque de transparence ? Cette fédération était déjà peu représentative par rapport au nombre total de prospecteurs; et là elle perd 32% de son effectif en une année…se pose vraiment la question de sa légitimité.

adherents-comparaison

Elle affirme avoir obtenu ce que personne n’avait obtenu jusque là…Je me demande vraiment de quoi il s’agit ? Si elle avait obtenu tant de choses, pourquoi perd-elle tant de membres ?

obtenu

Pourquoi certaines boutiques soutiennent cette fédération et d’autres non ?

Les divergences tant sur le fond que sur la forme sont trop importantes pour que Viveladetection ne soutienne cette fédération. Pourtant au début nous l’avions fait. Il en va de même pour la Boutique du Fouilleur. Le nouveau gérant qui exploite ce fond de commerce n’a pas souhaité non plus la soutenir tout comme d’autres. Peu de magasins au final relaient les communiqués de la FFDM; là encore il doit bien y avoir une raison ? Quoiqu’il arrive, les professionnels prennent les décisions qu’ils veulent et cela ne doit pas être remis en cause qu’il s’agisse d’un soutien ou d’une absence de soutien. Il est vrai toutefois que les intérêts commerciaux sont si importants et ont noyauté réseaux sociaux, associations locales, qu’il apparait difficile aujourd’hui de s’unir. En ce sens, la FFDM n’est pas totalement responsable de ces divisions qui existaient avant dans notre communauté. Par contre, elle les a accentuées en mettant au pilori ceux qui refusaient de la soutenir alors que c’est leur droit.

La FFDM est-elle la dernière chance de sauver le loisir ?

La FFDM explique être la dernière chance de sauver le loisir. C’est faux. Notre loisir a t’il d’ailleurs besoin d’être sauvé ? Si oui, de qui, de quoi ?

seulechance

L’étau se resserre chaque jour. Là encore c’est faux. Il ne se resserre pas plus qu’il y a 5 ans comme nous l’avons prouvé dans cet article.

Ces vidéos et communiqués de la FFDM qui font peur aux utilisateurs de détecteurs de métaux n’ont qu’un seul but: effrayer pour collecter de la cotisation. Ne cédons pas au chantage par la peur. Il existe bien évidemment une autre voir plusieurs autres voies possibles.

C’est facile de critiquer mais que proposez vous ?

Mettre en avant les erreurs et échecs d’une fédération ne sert à rien si aucune alternative n’est proposée. Toutes les fédérations d’utilisateurs ont échoué car elles ne sont jamais parvenues à fédérer un grand nombre de prospecteurs. En Angleterre, ce sont les association locales qui sont parvenues à agir pour que le Treasure Act soit mis en place; en Belgique aussi les clubs ont joué un rôle. En France nous n’avons pas (encore) ce tissu associatif. Aujourd”hui, compte tenu de notre adversaire, l’état, il faut faire appel à des professionnels, comme d’autres loisirs (pêche, chasse) on su le faire. La solution ne peut donc plus venir des utilisateurs mais des professionnels.

Voilà pourquoi certains magasins ont crée il y a 10 ans le SEL; hélas ce syndicat n’a pas été au bout et ne s’est même jamais réuni. En 2017 a été crée DETEXPERT à mon initiative. Il s’agit d’un autre syndicat qui regroupait 6 magasins. Hélas un seul subsiste, la Boutique du Fouilleur. Ce dernier n’est donc plus représentatif. Voilà pourquoi depuis 1 an, n’étant plus commerçant, je discute avec certains magasins importants dans le but de nous associer pour défendre le loisir et ce au delà des intérêts commerciaux divergents. L’objectif est clair: protéger les intérêts des professionnels en faisant que rien ne vienne limiter la pratique de la détection de loisir. Les intérêts des professionnels et utilisateurs sont bien évidemment les mêmes. Les professionnels ont en outre les moyens de financer ces couteux cabinets de lobbyistes comme le font les chasseurs. 2 magasins en France réalisent la majeur partie des ventes et ont chacun le soutien des marques qu’ils représentent. J’ai passé des heures au téléphone avec le principal concurrent de la Boutique du Fouilleur, des mails et SMS ont été échangés. Il est temps de mettre de coté les vieilles rancœurs commerciales afin de défendre notre loisir. Ce n’est pas le syndicat qui défendra le loisir; il va mettre à disposition des fonds destinés à des professionnels dont c’est le métier, qui eux en auront la charge. Le syndicat se limite donc à un rôle de financement et de relai des communications, ce n’est donc pas très compliqué à mettre en œuvre.

Pour finir vous êtes nombreux à vouloir agir pour faire quelques chose. Vous pouvez le faire dès demain en appelant votre magasin de détecteur de métaux en lui demandant de s’investir dans la défense du loisir en soutenant le syndicat dont on parle en ce moment. Ce syndicat ne prendra aucune cotisation d’utilisateurs de détecteurs de métaux limitant son financement aux cotisations des magasins et fabricants.

Pourquoi certains disent que ce syndicat n’existe pas ?

Certains professionnels ont plus de mal que d’autres à mettre ces vielles rancœurs de coté, et ce parfois même au sein d’une même société. Ainsi l’un d’entre eux a répondu il y a quelques semaines à la question “qu’en est il du syndicat professionnel” que c’était de la connerie contribuant à me faire passer pour un idiot devant la communauté. Cette réponse a ensuite été relayée par les influenceurs de ce magasin, par la FFDM etc…J’ai choisi de ne pas répondre à cette attaque infantile dans l’intérêt général. La défense de notre loisir requiert calme et prise de hauteur.

mail-syndicat

Pourtant des discutions existent bel et bien depuis un an entre magasins et leurs fabricants respectifs. J’ai clairement indiqué que je ne briguais pas de place au bureau de ce syndicat et que seule la réussite de ce dernier m’importait. N’étant plus professionnel, je ne peux d’ailleurs pas pour le moment le rejoindre. Pour ne pas froisser certains de mes confrères qui soutiennent la FFDM malgré les points que je soulève dans cet article, j’ai même proposé d’inviter cette dernière à nos réunions (sans droit de vote) pour qu’elle rende compte de ces actions et ce malgré mon profond désaccord avec cette fédération exprimé dans cet article.

Je ne peux pas reprocher au président de la FFDM d’agir seul, sans consultation, de ne pas être représentatif des prospecteurs pour commettre moi même la même erreur. Si ce concurrent majeur et le fabricant qu’il représente refusent de faire aboutir de syndicat, alors je ne créerai pas de syndicat de mon coté. Les principaux professionnels doivent s’unir pour parler d’une seule voix afin de montrer notre force, celle de 250.000 à nos détracteurs. J’ai rédigé des propositions concrètes par écrit et j’attends un retour de mon concurrent. Aujourd’hui la balle est dans le camp des autres magasins; si ce syndicat ne voit pas le jour, on ne pourra pas dire que je n’ai pas tout fait pour sa création.

Que se passera t’il si ce syndicat ne voit pas le jour ?

Ce sera une occasion manquée d’enfin tous nous unir dans le but commun et juste de défendre notre loisir et ce au delà des querelles commerciales. Je n’ai pas la prétention d’affirmer comme la FFDM le fait que notre syndicat représente la dernière chance du loisir. Il n’y a pas plus de danger aujourd’hui qu’hier tant que la loi ne changera pas.

La seule conséquence est que moins de choses seront partagés sur les réseaux sociaux, c’est ce que mon concurrent a d’ailleurs affirmé dans le fameux “live tiktok” dans lequel il expliquait que le syndicat était une connerie. Mais contrairement à cette assertion, je suis d’accord avec lui sur les conséquences d’un immobilisme de la part des professionnels seuls capables de faire bouger les lignes. Les conséquences si les professionnels ne font rien seront négligeables à court terme, visibles à moyen terme avec un impact sur la pratique du loisir et les ventes, mais bien plus dommageables à long terme car nous continuerions à laisser assimiler la détection de loisir à du pillage. C’est avant tout un travail de communication à mener qu’un travail sur les lois.

Retrouvez la vidéo de cet article

A propos de l'auteur
David est depuis 15 ans le visage de la chasse aux trésors en France. C'est lui qui a crée Viveladetection en 2012. Rédacteur du magazine le Fouilleur, gérant du magasin éponyme, président du Syndicat Detexpert qui promeut le loisir de la détection de métaux (200 000 pratiquants), il a participé à de nombreux reportages sur la plupart des chaines nationales. David possède la double casquette d'expert en numismatique/artefacts anciens (c'est à dire qu'il peut identifier rapidement tout ce qui sera trouvé) et en matériel (il a collaboré à la création de plusieurs détecteurs et est référent technique de nombreux fabricants). Il intervient avec son équipe pour des collectivités ou les forces de l'ordre avec des détecteurs de métaux mais également avec des appareils géophysiques.