contact@viveladetection.com

Notre site comporte tous les arguments qu’il faut, le tout enrichi d’exemples qui vous permettront de démonter l’argumentaire bidon des anti-udm comme nous l’avons fait par exemple dans cette lettre ouverte: http://www.viveladetection.com/lettre-ouverte-a-mr-jaulhac-du-magazine-la-montagne/

Attention également si vous êtes interviewé par journaliste: Attention à ce qu’il ne faut pas dire quand vous rencontrez un journaliste

Voici leurs principaux arguments:

La détection de métaux est interdite : Faux. Aucune loi en France n’interdit la détection de métaux de loisir. Seule la détection visant la recherche de biens pouvant intéresser l’histoire, l’art et l’archéologie et donc la détection sur site archéologique requiert une autorisation préfectorale. Mieux encore, l’Union Européenne a confirmé cela: http://www.viveladetection.com/la-detection-est-legale-cest-lunion-europeenne-qui-le-dit/ Des pays comme la Suède qui ont tenté de l’interdire ont été forcés de revenir en arrière par l’UE: http://www.viveladetection.com/la-suede-punie-pour-ses-mesures-limitant-la-circulation-des-detecteurs/ Voici une base de donnée documentaires qui confirme le caractère légal de la détection de loisir: http://www.viveladetection.com/documents-utiles/

Les prospecteurs sont des pilleurs : Faux. C’est avant tout un loisir pratiqué en famille en dehors de tout site archéologique. Il existe peut être quelques dizaines de pilleurs professionnels agissant en bande organisée, et encore il faudrait le prouver. Ce n’est qu’une goute d’eau dans un loisir qui compte + de 100 000 amateurs ! Si on suit cet amalgame honteux les chasseurs sont tous des braconiers en puissance, et les archéolgoues des pilleurs de chantiers de fouilles/musées en puissance. Les prospecteurs sont avant tout des amateurs d’histoire. Le moindre petit objet permet de remonter dans le temps. Grâce à l’objet, à son contexte on comprend l’histoire. La découverte de la tombe d’Alain Fournier en est un bel exemple: http://www.viveladetection.com/la-tombe-dalain-fournier-auteur-du-grand-meaulnte-decouverte-par-un-prospecteur/. Ajoutons à cela les nombreuses restitutions de plaques de soldats aux familles, les actions de dépollution, les drames évités grâce à des prospecteurs qui appellent des démineurs etc: http://www.viveladetection.com/category/exemples/

Les prospecteurs sont des receleurs, des charognards du patrimoine : Faux. Les Anti-UDM mettent en avant quelques comportements délictuels. C’est l’arbre qui cache la foret. On peut se souvenir l’histoire de la fibule en or sur EBAY ou de l’affaire Malain par exemple. Il est néanmoins naif de nier l’existence de revente d’objets trouvés en prospection que ce soit sur eBay ou lors de bourses numismatique; mais là encore, cela reste marginal. Comment expliquer qu’un partenariat gagnant-gagnant a été mis en place depuis de nombreuses années au Danemark et en Angleterre et que de nombreuses études ont confirmé l’apport indéniable des prospecteurs ? http://www.viveladetection.com/au-danemark-aussi-ils-ont-tout-compris/

Les prospecteurs ne déclarent rien : Faux. Malgré une loi qui n’encourage pas à la déclaration en France (on se souviendra du Trésor de Boucq), beaucoup de trouvailles sont déclarées comme le trésor de Mathay. Voici une liste de trouvailles faites par des prospecteurs qui ont pu être étudiées: http://www.viveladetection.com/monnaies-et-artefacts-references-par-des-prospecteurs-francais/. A l’étranger, et notament en Angleterre et au Danemark, c’est chaque semaine que de fabuleuses découvertes faisant avancer la connaissance historique/archéologique sont exhumées grâce à des utilisateurs de détecteurs de métaux: http://www.viveladetection.com/category/declarations/

Les prospecteurs détruisent les sites archéologiques : Faux. Un détecteur de métaux peut atteindre 30cm maximum sur une pièce de monnaie. Les performances sont diminuées par deux si le sol est pollué, minéralisé ou souvent retourné. Sachant que dans la plupart des cas un site archéologique dans un champs se voit raboté de 50 à 100 cm de terre par les bulldozers afin d’atteindre la couche archéologiquement intéressante, ce ne sont pas nos petits détecteurs qui vont faire beaucoup de mal au patrimoine. Au pire, ils ne permettent que de trouver des pièces en surface, loin des strates visées par les professionnels de l’archéologie. Pire encore, les archéologues dans leur grande majorité ne prennent mêle pas le temps de sonder les remblais (cette fameuse couche dégagée par les bulldozers et qui ne les intéresse pas, car hors contexte). Dans un contexte de crise budgétaire, les archéologues français pourraient comme en Angleterre ou au Danemark faire appel aux prospecteurs bénévoles pour sonder ces remblais et enrichir leurs études. Cela se fait, mais en catimini, afin que ces rares professionnels ouverts d’esprit ne tombent pas sous le courroux de l’implacable chasse aux sorcières menées par les anti-udm. Pour ce qui est des détecteurs de métayux grande profondeur permettant de descendre à plus de 1mètre, il s’ne vend moins de 100 par an en France, et sur ces 100 machines, 90 partent à l’étranger. Sur les 10 machines restantes, beaucoup ne servent jamais car complexes à utiliser. Ces machines ne permettent pas de différencier les métaux, elles vous forcent donc à creuser 1 mètre pour trouver la plupart du temps un déchet en fer, ce qui rebute beaucoup d’utilisateurs.

Les sites non fouillés et recouverts de dalle en béton seront préservés pour les archéologues du futur : FauxLes archéologues pragmatiques en premier, tout le monde sait que cet argument ne tient pas la route car tout est irrémédiablement détruit et que le cout d’étudier un site enfoui sous le béton est indéniablement bien plus élevé. On connait tous des sites archéologiques déblayés sur 80cm, puis fouillés plus ou moins dans la précipitation pour laisser place à un parking ou un centre commercial. Voici un exemple qui nous a été transmis par Renaud que nous remercions: http://www.viveladetection.com/qui-massacre-vraiment-le-patrimoine-francais/